Page 4
index.html
Page 6

LA MAIRIE DE FLEURINES OISE


De 1790 à 1795, les conseillers municipaux se réunissaient dans une des pièces du presbytère, rue des Frièges. Les réunions se tenaient ensuite près du presbytère, dans la première école créée après la Révolution.

Après l'adjudication annoncée par voie d'affiche le 6 février 1848, des travaux de transformations et de constructions furent exécutés dans un bâtiment en face du cimetière qui à cette époque s'étendait au sud du clocher.

Ce bâtiment achevé, présentait la façade que l'on voyait encore en 1950 et comprenait : 1°-au rez-de-chaussée à gauche, une cuisine, une chambre et une salle à manger, le vestibule ou allée de passage. À droite, la salle de classe, l'ensemble reposant sur deux caves. 2°- au 1er étage à gauche, trois chambres, le bureau du secrétariat et à droite la salle de mairie avec au fond le dépôt d'archives.

À la suite de ce bâtiment s'étendait une cour profonde de 9 mètres avec à gauche deux poulaillers, un fournil et la cour de l'instituteur.

À cette cour succédaient un préau et les toilettes de l'école. Venaient ensuite une autre cour profonde de 6 mètres, puis le bâtiment de l'Asile (garderie) dont le 1er étage était réservé à deux chambres et à une cuisine.

Cet ensemble fut réceptionné en février 1849.

Le 27 mars 1858, les établissements Vérité installèrent une horloge dans le campanile.


LES CIMETIÈRES

Le 1er cimetière était accolé à l'église et occupé toute la surface de l'actuelle Place, le long de la Grande Route des Flandres. Il fut transféré route de Verneuil et établi sur un terrain de 24 ares 90. Il fut inauguré le 1er mai 1840 et agrandi en 1889, puis en 1988. La 1re sépulture date du 3 juin 1840.


LA SALLE DES FÊTES

  La Salle des Fêtes a été bâtie dans le jardin de presbytère. Elle présente un plan rectangulaire de 20,8 sur 8,80. On avait mené de paire la construction de cette salle et l'aménagement en douches du vieux Corps de Garde, autrefois aussi abri de la pompe incendie.
La Salle des Fêtes fut réceptionnée le 27 octobre 1961


LES ABREUVOIRS

En 1772, on créa un abreuvoir, rue des Flandres (qui deviendra rue de Paris), en aménageant un endroit où stagnaient l'eau et la boue.

Il était alimenté principalement par le trop-plein de la fontaine de la rue du Puits Berteaux (devenue rue du Puits Berthaud).

En 1880, un autre fut aménagé au lieu-dit la Mare. On en profita pour élargir à 4,40 m la ruelle de la Mare (devenue rue Molière) et y installer des caniveaux de chaque côté.

Il existait un autre petit abreuvoir dans l'encoignure de l'ancien cimetière, rue de la Grande Fontaine (qui deviendra rue de l'église). Son trop-plein et celui de la fontaine voisine étaient dirigés vers un puisard (reste d'un vieux puits) creusé dans une allée entre deux tombes.

Il existait aussi un petit abreuvoir à Saint-Christophe près de l'entrée de la ruelle conduisant à la Ferme du Mouton Blanc.

Ils ont tous été comblés après la Seconde Guerre mondiale. Seule subsiste une mare dans les jardins rue Molière.


LES ARMES DE FLEURINES

Ses armoiries furent créées en 1999 par votre serviteur et peaufinées par l'artiste graveur Marie Jeanne Curbelier. Son caractère parlant est sous forme de rebuts. Il est défini : écartelé en dextre d'azur à trois lys d'or et de sinople palé d'or ; en senestre de même et d'azur à trois coquilles d'or.

Ses armoiries sont constituées d'un blason et des tenants. L'azur est le symbole de la fidélité. Le vert symbole de liberté, il représente la forêt qui cerne le village. Le jaune symbole du respect, il symbolise le sable sur lequel est construit Fleurines. Les lys, symboles de la royauté, évoquent la demeure royale de Saint-Christophe et les chartes que Sa Majesté accordait aux habitants. Les coquilles représentent le Saint Patron de Fleurines et les bâtisseurs de notre église (ces symboles figurent dans les niches du porche). Le blason est soutenu par des bâtons fleuris, symboles de Saint-Christophe.

  

Le Monument aux Morts  inauguré le 11 novembre 1919 dans le cimetière
au fond à gauche  après les maisons se trouvait l'abreuvoir
A droite la Salle de Fêtes
La Mairie en 1955

Page précédente

Retour

Page suivante
Fleurines en 1940
Fleurines en 1955
Fleurines en 1955

Site de la mairie de Fleurines    http://perso.orange.fr/fleurines/mairie